Les pas de l’ombre

Titre

Les pas de l’ombre

Editeur

Le temps qu'il fait

Date de parution

2009

Genre

Roman

 

L’ombre d’un étudiant des années trente – le survivant de Place Monge- – erre dans les rues du Quartier latin. Il a été orphelin dans un internat gris de province. Il sera prisonnier dans une froide région d’Allemagne. Dans ses pas, son fils imagine ce que fut sa jeunesse à partir de photographies, de lettres, de poèmes, d’anecdotes. Il le rejoint au bout du chemin, où le présent se confond avec le mythe.

Extrait :

Pour un jeune homme fraîchement débarqué dans la capitale, ayant grandi dans des vallées étroites, celle du village d’enfance, puis celle de la préfecture grise, l’horizon s’était brusquement élargi. Il eut pour maîtres Alain, Nabert, Lavelle, dont on voyait les livres à la vitrine des libraires, ce qui leur conférait, en même temps que le prestige de la pensée, une forme d’irréalité. Il s’accrochait à l’étude, soucieux de ne pas décevoir ceux qui, là-bas, pensaient à lui avec la fierté inquiète des familles demeurées au port. Parfois la force lui manquait, mais l’image d’une vieille femme agenouillée sur un prie-dieu lui redonnait courage, et il se replongeait dans les livres, les dictionnaires, les notes de cours étalés sous la lampe. La tête dans les mains, il progressait dans le roncier des savoirs avec la ténacité qui lui venait de ses ancêtres, issus de vieilles terres qu’il avait fallu de siècle en siècle arracher aux griffes d’une nature sans aménité. Par la fenêtre ouverte sur la nuit de juin, la rumeur de la ville lui parvenait, pleine d’un mystère confus, et son cœur se gonflait comme une voilure qu’il lui fallait réduire durement pour qu’elle ne l’emporte pas trop loin des pages grises, car le cœur toujours en lui le disputait à l’esprit. Très tard enfin il se couchait et abandonnait son corps aux rêves. ( p 16/17)

Fermer le menu